L'histoire de ma nouvelle entreprise commence par une courte confession. J'ai eu une dispute avec mon père il y a deux ans. Ce faisant, j'ai essayé de lui retirer son autorité en essayant de lui faire du mal en disant "il n'aurait pu aller plus loin dans sa vie qu'à devenir un enseignant dans son village".
Maintenant, j'ai eu assez de temps pour réfléchir sur ma déclaration. Mais non seulement sur cette déclaration, mais sur toute ma vie. J'en suis arrivé à la conclusion suivante: non seulement que je me trompais, mais aussi que je veux maintenant devenir enseignant à plein temps. Je veux vous raconter comment je suis arrivé à cette décision sur la base de l'histoire de ma vie.

Je suis né le 30 septembre 1985 dans une famille aux circonstances simples à Peja. Après dix mois, j'ai déjà traversé la frontière suisse et je me suis retrouvé à Lucerne avec ma famille. Je suis secondo ou tricondi depuis 1986 parce que mon grand-père a travaillé comme portier dans le "Schwanen" Lucernoise il y a plus que 50 ans.

J'ai fait mes premiers pas ici en Suisse. J'ai aussi appris à parler, écouter, lire, écrire et calculer ici. Même aujourd'hui, ce n'est pas une évidence partout dans le monde. En termes de temps, cela n'est possible que depuis 40 ou 50 ans: un soi-disant homo novus, qui a un accès direct aux meilleurs établissements d'enseignement du monde.

Quels autres souvenirs m'ont façonné dans mon enfance? En Suisse, nous avons fait des escapades en fin de semaines avec toute la famille. Et lorsque nous avons passé les vacances de randonnée à Davos en été, toute la famille était également présente. Cependant, si nous voulions passer des vacances dans le pays d'origine, mon père ne pouvait pas venir. J'ai donc remarqué assez tôt: il y a une différence entre le pays d'arrivée et le pays d'origine. Cependant, ce n'était pas la seule différence notable lorsque l'on compare le pays d'origine et le pays d'arrivée.

Il y avait aussi le sujet du robinet: ici, vous allumez le robinet et vous pouvez même chauffer l'eau avec un léger mouvement sans la faire bouillir sur le poêle à bois. Dans le pays d'origine, en revanche, il n'y avait que de l'eau froide, mais il y avait deux solutions différentes: du côté de la mère c'était une fontaine au milieu du village, du côté du père une pompe à eau devant la porte. Lorsque la pompe a grincé, tout le village l'a entendu. Sans instructions d'utilisation, la pompe pose certains défis: si la pression baisse parce que la pompe n'a pas été utilisée pendant quelques heures, on peut espérer qu'il y avait encore de l'eau quelque part dans un récipient. Mon grand-père a dit: "Laissez l'eau entrer en haut et actionnez la pompe à eau avec des mouvements rapides". Le vide créé par cela a tiré l'eau vers le haut. Au côté de ma mère, je suis descendue à la fontaine du village avec mes cousins. La sortie ne prenait qu'une demi-heure environ, le retour ressemblait plutôt à une heure. Nous y sommes allés avec des conteneurs vides. Une fois au fond, la vue d'un petit paradis vous attendait. Cette zone était relativement chaude en été, mais il faisait agréablement frais autour de la fontaine. La lumière du soleil scintillait à travers la cime des arbres et se reflétait dans les gouttes d'eau qui jaillissaient de la fontaine. La vue était inoubliable. Chaque fois que j'atteignais un point bas de la vie, je gagnais une nouvelle énergie en fermant les yeux pendant un bref instant et en me souvenant de cette vue. Comme enfant on pose la question "Pourquoi n'achetez-vous pas simplement un robinet?". La réponse:  un silence oppressant. Ensuite la question suivante: pourquoi n'est-ce pas la même chose dans le pays d'origine que dans le pays d'arrivée?

Ici aussi, vous pouvez voir des différences: alors que presque tout peut être posé dans le pays d'arrivée, il y a beaucoup de questions dans le pays d'origine qui ne devraient jamais être posées en public, parfois même pas dans vos propres murs. Dans votre tête, vous vous posez quand même la question. Une autre question complémentaire se pose: pourquoi ne pouvez-vous pas poser certaines questions dans le pays d'origine? La réponse a été: "C'est comme ça." Cette réponse n'était nullement satisfaisante, d'autant plus que nous avons appris à l'école qu'il y avait une réponse à presque toutes les questions. Vous ne vouliez pas répondre parce que vous devez ensuite pointer du doigt quelqu'un? À qui? À d'autres personnes? Sur toi? La question de la culpabilité est-elle en mesure de fournir des solutions? Surtout, au lieu de parler de culpabilité, il est probablement plus utile de parler de solutions. Quelles solutions existe-t-il?

Chez les jeunes, la question de l'orientation se pose: on envoye où le drapeau? Mon nom signifie drapeau. Après l'école secondaire, grâce à ma protectrice, j'ai fait des études de courte durée. Au lycée Alpenquai (Lucerne), je suis entré en contact avec la littérature classique, ce qui m'a incité à remettre constamment en question mes propres valeurs et mes idées sur le monde. Afin d'aller au fond de ma question initiale "Comment concevoir le pays d'origine au même titre que le pays d'arrivée", j'ai choisi le sujet principal "Affaires et droit". J'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires en 2005 avec une thèse de Matura sur les "Working Poor".

Parce que je ne pouvais pas me débarrasser de la question principale, à 20 ans je suis allé à Genève (2006), une ville internationale, pour chercher des réponses possibles. Nous avions également d'excellents professeurs à l'Université de Genève. Je me rendais souvent à la maison le week-end pour rapporter ce que je venais d'apprendre. L'une de mes expériences clés a été pendant les conduites de Lucerne à Genève: l'histoire du "Röstigraben". À la maison dans le village, on m'a demandé comment c'était de l'autre côté du "Röstigraben". Je me suis demandé pendant le voyage en train où c'était exactement ce "Röstigraben". Est-ce une marque? Quel marqueur? Est-ce une cour? Une fleuve? Une prairie? Normalement, j'aurais demandé immédiatement, mais depuis que je suis récemment devenu un confédéré de première génération, j'étais presque gêné de demander. C'était un sentiment étrange d'être le seul à ne pas savoir ce que c'était. Après un certain temps, j'ai pu entendre du contexte que c'était probablement quelque chose de culturel.

 

Soudain, il y a eu une blague selon laquelle le Röstigraben était à peu près l'endroit où l'annonce "vous devez prendre bien soin de votre poche" peut être entendue. Et voilà "La visibilité de l'invisible". Soudain, vous pouviez non seulement entendre le Röstigraben, mais aussi conserver le paysage comme marqueur n'importe où sur cette route. Et si vous ne vous arrêtez pas là, vous emportez soudainement le Röstigraben partout avec vous.

 

Je me suis diplômé en 2009 en relations internationles avec une thèse de baccalauréat sur le travail d'Adam Smith "La prospérité des nations".

L'arrêt suivant était au tant que stagiare en statistique à la Banque Nationale du Kosovo à Pristina (2009), puisque j'ai pris la décision à Genève de me rendre dans le pays d'origine afin d'examiner la question de plus près. La combinaison de l'expérience internationale et pratique à l'âge de 23 ans a fourni des informations intéressantes sur le pays d'origine. Mais aussi des rencontres personnelles, ont élargi mes horizons. Entre autres, j'ai fait la connaissance de personnes qui ont cherché une protection en Allemagne pendant la guerre, y ont appris la langue allemande et ont ensuite voulu rejoindre le pays d'origine. Je ne pouvais toujours pas répondre à ma question à ce stade, mais la solution se rapprochait un peu plus.

L'étape suivante était le master en économie à l'Université de Saint-Gall. À l'Université de Saint-Gall, nous avions également d'excellents professeurs qui pouvaient fournir des informations sur mes questions. Dès le début de mes études (février 2010), j'ai travaillé à 100% à Zurich en tant qu'analyste de la performance commerciale pendant six mois et j'ai pu y acquérir une expérience de travail intéressante. Puis j'ai décidé de fonder le Baruti au Kosovo à l'âge de 25 ans avec deux autres étudiants (2011).

Formation de l'entreprise

Baruti-Service-und-Contact-Center-Logo.p

L'idée de créer une entreprise est née de la combinaison de quelques étapes de ma vie:

 

  • La question "Pourquoi n'est-ce pas la même chose dans le pays d'origine que dans le pays d'arrivée?"

  • La plainte "Pourquoi devais-je travailler à côté du lycée?"

  • La vision internationale de Genève.

  • Les connaissances pendant le séjour à l'étranger

  • Le concept du concours à Saint-Gall.

  • Le développement technique grâce à la diffusion d'Internet.

 

Le Baruti, qui compte aujourd'hui plus de 300 employés, est né de la combinaison de ces étapes de vie. Baruti signifie quelque chose comme la poudre à canon. A cette époque, j'ai choisi ce nom pour diverses raison: pour souligner que les Balkans sont une poudrière depuis plus de 100 ans et ont déjà anéanti l'Europe à deux reprises. Afin d’éviter de le répéter une troisième fois, j’avais l’intention de changer de paradigme au Kosovo à temps. Les gens là-bas devraient associer le développement, la sécurité et la prospérité non pas avec des armes mais avec l'éducation, l'échange et la compréhension de la situation des autres.

Avec Baruti, nous avons pu créer quelque chose d'unique à Prishtina: une image des valeurs Suisses au Kosovo. Pour une raison quelconque, cependant, je n'ai pas connoté l'éducation à la profession enseignante à ce stade.

Après avoir avoué et choisi délibérément une nouvelle orientation dans la vie, j'ai maintenant décidé de reprendre moi-même le métier d'enseignant dans les années à venir. Aujourd'hui aussi, nous sommes confrontés à un changement technologique majeur, comme la radiodiffusion à l'époque. Je souhaite passer les prochaines années à susciter l'intérêt pour l'éducation en suivant les traces de mon père et en publiant des vidéos éducatives en ligne sur des sujets généraux.

Satz des Pythagoras erklärt von Flamur Shala Fokus Strategie nach Anleitung von Euklid

© 2020 Fokus Strategie GmbH